jeudi 5 janvier 2012

OPCA, OPACIF, CIF, DIF, VAE...




Remue-méninges : Le jargon de l'emploi...

Notre vie est balisée d’acronymes obscurs et compréhensibles seulement par ceux qui partagent un jargon de métier.
 
Autour du travail, ces termes barbares fleurissent et prospèrent : CIF, DIF, VAE, OPCA, OPACIF, DE, DELD… Il y en a plus de dix pages  ICI

Si vous vous y retrouvez, ne lisez pas ce billet !
 
Commençons par les deux derniers : qu’est-ce qu’un DE pour les pouvoirs publics ? Un « demandeur »  d’emploi. Le terme est tellement banalisé que plus personne n’est choqué de cette appellation. 

Demandeurs. 
Ils mendient ? Ils font la manche ?
On leur fait l’aumône d’un emploi ?
Et personne ne trouve ça dégradant ?

Que voilà une bonne raison de s'indigner !

Mais il y a pire. 
DELD : Demandeur d’Emploi Longue Durée. 
Comme les maladies du même nom.

Tout l'inconscient d'une société s'exprime dans ses choix de vocabulaire.
Passons. 
Nous ne referons pas le monde. Mais quelle bonne idée ce serait de remettre un peu de dignité dans ces étiquettes !

Dans un autre registre,  nous sommes frappées de constater à quel point les salariés que nous rencontrons, y compris les cadres, ne connaissent pas, ou connaissent mal, les dispositifs qui leur sont offerts pour accompagner leur évolution professionnelle
: le CIF, le DIF, la VAE…

Donc, essayons de répondre aux questions les plus fréquentes.

Quelle est la différence entre OPCA et OPACIF ?

Les entreprises ont l'obligation légale de participer au financement de la formation professionnelle continue. 
Elles doivent verser, à cet effet, des contributions  calculées en fonction de leur masse salariale, à un ou plusieurs organismes collecteurs gérés par les partenaires sociaux et agréés par l’État : ce sont les OPCA (organismes collecteurs paritaires agréés) et les OPACIF (organisme paritaire collecteur agréé au titre du congé individuel de formation).

Les OPACIF gèrent les fonds destinés à financer les formations en Congé Individuel de Formation (C.I.F), les Congés bilans de compétences et les Congés V.A.E, pour les salariés en activité du secteur privé qui relèvent d'un OPACIF donné, qui leur en font directement la demande et qui répondent aux conditions requises. (Le service ressources humaines ou le comptable vous indiquera l'OPACIF dont vous dépendez).

Toutes ces formations peuvent être réalisées sur le temps de travail (avec autorisation de l'employeur) ou hors temps de travail (sans en avertir l'employeur).

C'est une commission de l'OPACIF qui étudie et accepte (ou non), les dossiers de demande de formation déposés par les salariés. L'employeur n'intervient pas dans la décision. Il ne peut pas refuser une autorisation d'absence au salarié qui souhaite obtenir un congé formation (ou un congé bilan de compétences, ou encore un congé VAE) mais il a le droit de la reporter pour raisons de service. Le salaire de la personne qui part en formation  est remboursé par l'OPACIF à l'entreprise.

Les OPACIF sont donc, en quelque sorte, une tirelire qui sert à financer directement la formation continue de tous les salariés en activité d'une région, à leur demande, (en constituant un dossier de prise en charge financière adressé à l'OPACIF concerné).

A noter : pour être accepté, un dossier de demande de prise en charge d'une formation doit être parfaitement argumenté et répondre à certaines conditions et priorités.

Les OPCA gèrent, pour les entreprises adhérentes, les fonds destinés à financer les actions de formation de leurs salariés, actions imputées sur le compte DIF des salariés ou sur le plan de formation de l'entreprise. Ces formations ne peuvent être entreprises qu'avec l'accord du salarié et de l'employeur, puisque l'entreprise les finance elle-même. Les OPCA sont donc, en quelque sorte, une tirelire à l'usage propre des salariés des entreprises cotisantes.

Quelle est la différence entre le DIF et le CIF ?

Le CIF (Voir ICI) permet à un salarié, en CDI ou en CDD, sous certaines conditions, de faire progresser sa carrière, via la formation continue, en acquérant les connaissances et les pratiques qui lui manquent. 
Il ouvre la possibilité d'accès à des formations longues, diplômantes ou qualifiantes, et permet une évolution de carrière ou une reconversion souhaitée. 

Il finance également les bilans de compétences qui permettent d'élaborer un projet professionnel cohérent et viable, éventuellement en passant par une formation en CIF identifiée et validée pendant le bilan. Il finance aussi les coûts d'inscription et d'accompagnement du Congé VAE.
Les OPACIF sont les organismes financeurs de ce dispositif. 

Le DIF (Voir ICI), offre aux salariés la possibilité de suivre des formations courtes (dans la limite des droits acquis, de 20 heures par an et au maximum de 120 heures) qui viennent compléter leur bagage et renforcer leur professionnalisme. La VAE et le bilan de compétences entrent également dans le champ des actions de formation qui peuvent être financées par le DIF.
Les OPCA sont les organismes gestionnaires de ce dispositif.


Qu'est-ce que la VAE ? (Voir ICI)
La VAE (Validation des Acquis de l'Expérience)  permet à un salarié, qui a capitalisé de l'expérience professionnelle, salariée ou bénévole, mais qui n'a pas de diplôme ou qui n'a pas de diplôme correspondant à son activité, de l'obtenir en faisant valider ses connaissances, ses savoir-faire et ses aptitudes.
C'est une démarche longue (8 mois environ) et qui peut paraître très complexe si elle n'est pas précédée d'une réflexion approfondie.
Un bilan de compétence peut aider très efficacement au choix du diplôme, au choix de l'organisme valideur et à l'élaboration des arguments.


Le FPSPP,  la FOAD, l'AT-MP, le CBC, l'ETPT, 

ce sera pour une autre fois, si vous le voulez bien...


4 commentaires:

  1. a partie de la formation qui est faite sur le temps de travail est rémunérée a hauteur du salaire habituel du salarié, et est considérée comme du temps de travail effectif . Durant la partie de la formation suivie hors temps de travail, le salarié percoit une allocation de formation.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Je vous remercie pour cet article intéressant. Une enquête métier sécurisera la carrière mais surtout le financement de l'Opacif=Fongecif.

    Elle constitue un atout important dans le dossier de financement CIF/FHTT et plus de trente autres sont maîtrisés. Une trentaine de priorités de financement sont visibles et une demande sur deux est/sera financée en moyenne ou plus de 3 sur 4, ensemble.

    Gagnerez-vous les 29000 euros en moyenne par exemple pour le dossier francilien ? La formation longue durée connaît de nouveaux atouts financiers et nous vous souhaitons bon courage.

    Cordialement,

    Mathieu Viltart, ancien et indépendant du Fongecif N°1
    http://www.la-formation-continue.fr/

    RépondreSupprimer