vendredi 30 novembre 2012

Le CV du futur



L’œil de la mouche : bienvenue au portefeuille de compétences et au e-portfolio...

Dans le cadre de la sécurisation des parcours professionnels, la région PACA a lancé une initiative qui sera certainement suivie par d'autres régions.

Elle propose un guide pour rédiger et mettre en ligne son portefeuille de compétences. C'est une approche plus riche et plus complète que celle d'un CV formaté, trop soumis à des règles obsolètes et ne mettant l'accent ni sur les aptitudes personnelles du candidat, ni sur son potentiel d'évolution : en quoi une fiche aseptisée et réduite au parcours et aux diplômes peut-elle renseigner un recruteur ? C'est une personne qui est recrutée et non un robot, rigoureusement adapté à une fonction. 

La lettre dite de motivation ne change rien à l'affaire : j'ai lu, ici ou là, que les recruteurs consacrent une minute à chaque CV, les lettres de motivation subissent le même traitement, quand elles sont lues...

Dans un environnement aussi changeant que le nôtre, le recrutement prôné par Taylor est amené à disparaître.

Nous travaillons depuis une vingtaine d'années avec une méthode d'exploration et de présentation du portefeuille de compétences qui donne de très bons résultats. Nous ne pouvons donc qu'applaudir à cette initiative qui va faire bouger des lignes rendues rigides par des habitudes de pensée dogmatiques et conventionnelles. 

Cet outil est certainement perfectible, mais c'est un début et il a le mérite de présenter, du candidat, un portrait un peu plus vivant que le pensum habituel, pénible à rédiger et pénible à lire.

Allez voir le site ci-dessous, il est gratuit, vous pouvez vous inscrire en ligne, travailler votre portefeuille, en extraire un CV, le tester dans vos démarches de mobilité ou de transition.

lundi 26 novembre 2012

Gagner du temps... Pourquoi ?



L’œil de la mouche :"Vite" ! "Vite" ! 
Après quoi courons-nous ? 
Qu'est-ce qui nous fait courir de plus en plus vite ?

Le temps s’accélère, dit-on. Il faut gagner du temps, gérer son temps, planifier et organiser ses priorités, faire entrer encore plus de tâches dans une journée, être de plus en plus productifs, performants, ne pas procrastiner...

Et pourtant, une autre tendance semble émerger : après la tendance "Slow food", voici celle du "Slow management", de la "Slow life", de la "Slow fashion", de la "Slow attitude" et "l'éloge de la lenteur"... (Carl Honoré. Marabout)

Mais est-ce une tendance neuve ?
 
-  "Bonjour, dit le petit prince. 
-   Bonjour, dit le marchand."

C'était un marchand de pilules perfectionnées qui apaisent la soif. On en avale une par semaine et l'on n'éprouve plus le besoin de boire.

-  "Pourquoi vends-tu ça ?" dit le petit prince. 
- "C'est une grosse économie de temps", dit le marchand. "Les experts ont fait des calculs. On épargne cinquante-trois minutes par semaine."
-  "Et que fait-on des cinquante-trois minutes ?"
-  "On en fait ce que l'on veut..."

Moi, se dit le petit prince, si j'avais cinquante-trois minutes à dépenser, je marcherais tout doucement vers une fontaine.
Antoine de Saint-Exupéry. Le petit prince. Chapitre XXIII.

"Le temps, c'est de l'argent."

Tout le temps ?

jeudi 22 novembre 2012

Positif et négatif


Remue-méninges : pouvons-nous penser le négatif ?
 
Un dialogue

L'UN : "Mon horizon est vide, je ne vois aucune perspective de solution".

L'AUTRE : "C'est comme si vous étiez face à un désert".

L'UN : "Oui". 

L'AUTRE : "Un désert vide de plantes ou d'arbres" ?

L'UN : "Pas même l'ombre d'une plante".

L'AUTRE : "Comment faites-vous pour vous représenter ce vide ?" 

L'UN : "Ma foi... Je ne sais pas !"

L'AUTRE : "Pouvez-vous penser à une absence d'arbres ?"

L'UN : "Voyons... Mais non, je ne peux pas ! Je visualise d'abord un espace avec des arbres, et puis je les efface. C'est incroyable !"


On peut essayer de faire la même chose avec des léopards sans taches, un éléphant sans trompe, un ciel sans nuages, une soupe sans sel... 

La conclusion sera la même. 
 Le négatif n'a pas d'existence tangible.
C'est une construction secondaire.
"On ne perçoit que la présence d'une chose et jamais son absence". (Bergson) 

Notre cerveau ne peut se représenter le négatif sans avoir au préalable imaginé le positif pour, ensuite, l'oblitérer. 

Il y a des conséquences intéressantes à en tirer, non ? 

dimanche 18 novembre 2012

Le passé décomposé


Remue-méninges : sauvons-lui la vie !

Chaque jour, il est sauvagement attaqué, agressé, molesté, torturé, piétiné, dans l'indifférence générale.
Qui ?
Un mal aimé, le passé composé.

Vous avez sans doute remarqué qu'il a remplacé le passé simple, qui ne s'emploie pratiquement plus qu'à l'Académie française.
Mais les langues sont vivantes, elles vont toujours vers la simplification, c'est donc une évolution normale.
Ce qui l'est moins, en revanche, c'est l'utilisation qui est faite des verbes conjugués en son nom.

Exemple, parmi une kyrielle d'autres, trouvé récemment dans un quotidien en ligne et hebdomadaire papier, qui se proclame fièrement numéro un en France.
Je cite :
"J'ai montrer".  

Quelques astuces de réanimation d'urgence : 
  • Le passé composé indique une action qui est terminée et qui a eu lieu dans le passé.  
  • Il est composé du verbe être ou du verbe avoir au présent de l'indicatif, plus le participe passé du verbe que l'on veut conjuguer : "J'ai mont". 
  • Pour éviter le solécisme (faute de syntaxe) ci-dessus, remplaçons montrer par un autre verbe à l'infinitif.  Est-ce que nous pourrions dire "j'ai faire" ? "J'ai finir" ? Non. Donc, "montré" est le participe passé... du passé composé. 
  • Avec le verbe être, le participe passé s'accorde toujours avec le sujet du verbe : "Elle est éveillée". (Pour trouver qui est le sujet, on pose la question "qui est-ce qui ?" avant le verbe. Qui est éveillée ? Elle, sujet du verbe = éveillée, au féminin singulier. Si elles étaient plusieurs, ce serait "elles sont éveillées") 
  • Avec le verbe avoir le participe passé est invariable :"J'ai montré cette pomme", "elles ont montré cette pomme", sauf si le complément d'objet direct est placé avant le verbe, auquel cas, il s'accorde avec lui : "Cette pomme que j'ai montrée". (Pour trouver le complément d'objet direct, on pose la question "quoi ?" après le verbe. J'ai montré quoi ?  Cette pomme. Pomme = C.O.D.)


Il y a des exceptions qui compliquent un peu la règle, mais restons-en là...

Sans faire d'acharnement thérapeutique, nous pourrions chacun, avec un minimum d'attention et deux questions simples, contribuer à la sauvegarde d'une espèce en danger.

mercredi 14 novembre 2012

Compétences transférables : passerelle 4 et 5

Passerelle 4


Remue-méninges : l'aptitude à la réalisation.

Il s'agit de l'aptitude à obtenir des résultats de qualité de façon efficace et en temps opportun, en axant ses efforts sur les réalisations attendues et sur une prestation de services exemplaire, envers la clientèle interne ou externe.


Cette fiche illustre le billet   


Répondre efficacement aux besoins immédiats.  
  • Je réponds aux besoins des clients de manière opportune, professionnelle, utile et courtoise, sans réagir à un comportement inadapté.
  • Je garde le contrôle de moi-même face à une urgence.
  • Je laisse clairement voir aux clients que leurs points de vue comptent.   
  • Je cherche à atteindre de façon continue les normes en matière de service.    
  • J'ai confiance en ma capacité de mener à bien ce que j'entreprends.
  • Quand un imprévu arrive, je préviens tout de suite les personnes concernées par la situation. 
  • Je sais ce que j'ai à faire sans avoir besoin de directives. 
  • Je démontre une bonne connaissance du lien entre ce que l’entreprise tente de réaliser et mon propre rôle en vue de l’atteinte de ce résultat. 
  • Je produis des résultats mesurables en temps opportun, satisfaisant ou dépassant les normes de qualité.
  • J'accepte que quelqu'un pense de manière différente de la mienne, sans me sentir personnellement attaqué(e).

Entretenir des relations avec les clients internes ou externes.
  • J'exerce un suivi auprès des clients pendant et après la prestation de services afin de veiller à la satisfaction de leurs besoins. 
  • Je tiens les clients informés de l’évolution des services qu’ils reçoivent et des changements qui les concernent.
  • Je place les problèmes des clients sur la liste de priorités et je règle les plus urgents.  
  • J'évalue mes progrès personnels dans l’atteinte des résultats et je module mes actions afin de répondre aux attentes.

Fournir de la valeur ajoutée  
  • Je cherche des moyens d’ajouter de la valeur, au delà des demandes immédiates des clients. 
  • J'ai de la facilité à prendre des responsabilités.  
  • J'aime que mon travail soit bien organisé, afin de ne rien oublier.
  • Je cerne les besoins sous-jacents non identifiés et j'y réponds.   
  • J'améliore les systèmes et les méthodes de prestation de services aux clients.   
  • J'anticipe les besoins et préoccupations futurs des clients. 
  • J'ai une vision globale des situations et je perçois les chemins à prendre pour atteindre le but. 
  • J'apporte des idées pour améliorer les méthodes de travail et les résultats.

Fournir des conseils fiables
  • Je donne un avis indépendant sur les problèmes et initiatives concernant les clients, et en contribuant au processus de décision.    
  • Si j'accepte de faire quelque chose, on peut compter sur moi. 
  • J'incite les clients à envisager des situations  qui vont dans dans le sens de leur intérêt.     
  • Je défends les intérêts du client auprès de la direction en recherchant des solutions qui prennent en compte leurs besoins ainsi que ceux de l’entreprise.     
  • Je favorise la prise de risques responsable destinée à obtenir des résultats de qualité.

Viser continuellement l’excellence du service.
  • J'évalue les situations et les menaces qui risquent de compromettre l’atteinte de résultats et la satisfaction des besoins des clients.   
  • Je contribue à déterminer les orientations stratégiques de l’entreprise afin de répondre le mieux possible aux besoins évolutifs des clients.   
  • Je surveille, j'évalue et, si nécessaire, je renouvelle le mode de prestation de services aux clients et les normes de service.   
  • Je veille à l’élaboration et à l’utilisation de critères objectifs servant à évaluer et à améliorer les processus d'organisation.   
  • Je joue un rôle dans la définition des limites du risque acceptable, avec pour objectif l’atteinte de résultats de grande qualité.

Le "Je" qui parle ici, c'est vous.

Cette fiche n'est pas un test.
Elle permet d'identifier les principales composantes de l'aptitude à la réalisation.

  Elle permet aussi de repérer la manière particulière dont chacun met cette aptitude en œuvre et la combine avec d'autres.

A vous de vous de la compléter et de vous l'approprier... 


Page suivante : passerelle 5

lundi 12 novembre 2012

Compétences transférables : passerelle 3


Remue-méninges : la créativité.

Pour être créatif, il n'est pas nécessaire d'être Léonard de Vinci. 
Être créatif dans les situations courantes, c'est, à l'aide d’informations provenant de sources diverses, savoir trouver les mesures immédiates à prendre pour traiter efficacement des questions d'actualité, savoir saisir les occasions d’améliorer son mode de fonctionnement et l'atteinte de ses objectifs, savoir s’occuper des questions urgentes tout en demeurant conscient des possibilités nouvelles.


Cette fiche illustre le billet   

Déterminer les mesures immédiates à prendre. 
  • J'attire l'attention des personnes concernées sur les enjeux, si nécessaire.  
  • Spontanément, j'entreprends des actions innovantes qui dépassent les exigences normales du travail.
  • Je fais preuve d’ouverture et d'imagination pour examiner  ou concevoir de nouvelles approches.  
  • Je propose des idées et suggère des méthodes différentes pour régler des situations ou des problèmes courants.

Régler avec imagination les problèmes courants. 
  • J'essaie différentes méthodes et solutions pour régler un problème.  
  • J’aime chercher de nouvelles façons de faire les choses.
  • Je n’abandonne pas facilement devant les difficultés et je cherche des solutions.  
  • J'essaie des méthodes innovantes dans l’exécution des tâches, tout en prenant les mesures nécessaires pour minimiser les risques.  
  • J'examine les situations à partir de nouvelles perspectives.

Tirer parti des occasions ou des problèmes.
  • J'anticipe un problème imminent ou je mise sur une occasion qui se présente.  
  • Je fais preuve de persévérance dans la recherche d’occasions qui peuvent faire atteindre les objectifs.  
  • Je propose des moyens d’obtenir de meilleurs résultats ou d’ajouter de la valeur, sans me contenter de la situation actuelle. 
  • J'utilise des perspectives variées pour améliorer le traitement des situations courantes. 

Saisir les occasions d’amélioration   
  • Je repère les occasions et je les utilise pour améliorer les processus ou résultats. 
  • J’ai besoin de chercher de nouvelles façons de faire, de sortir de la routine. 
  • Je fais preuve de persévérance dans la recherche de solutions à des problèmes complexes, malgré les obstacles. 
  • Je crée les occasions de lancer des initiatives qui profiteront à l’organisation.  
  • J’aime les travaux qui demandent de l’imagination.

Anticiper les occasions  
  • J'aime la gageure de promouvoir un nouveau domaine d’étude ou un secteur d'activité.  
  • Je réagis aux nouvelles tendances par des initiatives en harmonie avec la vision et les valeurs de l’organisation.
  • Je prévois les occasions éventuelles à long terme (plus de deux ans) et je place l’organisation dans une position lui permettant d’en tirer profit.


Le "Je" qui parle ici, c'est vous.

Cette fiche n'est pas un test.
Elle permet d'identifier les principales composantes de l'aptitude à innover.

Elle permet aussi de repérer la manière particulière dont chacun met cette aptitude en œuvre et la combine avec d'autres aptitudes.

A vous de la compléter et de vous l'approprier...