lundi 6 mai 2013

Des métiers d'avenir : artisans de la mode


Remue-méninges : des métiers rares et précieux.

Faisons un peu de prospective, pour ouvrir des perspectives.
A l’heure où de nombreuses entreprises délocalisent l’emploi vers des contrées lointaines où le coût du travail est attrayant, il reste encore, en France, quelques spécificités : le bon et le beau, les fromages, le vin et l’artisanat du luxe… Le nombre de milliardaires dans le monde explose, la demande est forte, le luxe a de l’avenir.

Si vous avez des doigts de fée ou de lutin, si vous aimez « la belle ouvrage », si vous souhaitez vous orienter ou vous reconvertir, voilà vers quoi vous pourriez vous diriger.

Les métiers de la mode et des accessoires.
« Haute couture, lingerie, maroquinerie, bijouterie, joaillerie, horlogerie, lunetterie... Les artisans du luxe donnent vie à des créations souvent uniques. Au sein des maisons de luxe, il existe toute une hiérarchie de métiers sur lesquels le créateur règne en maître. »

Voici quelques exemples.
Plumassier / Plumassière
« Fabricant d'articles en plumes, le plumassier est très recherché aussi bien dans la haute couture que dans l'univers du spectacle¿ Mais de tels professionnels sont rares. Boas, accessoires de mode, costumes sont autant de créations que le plumassier est capable de réaliser.

Vous devrez maîtriser avec habileté certaines techniques particulières au travail de la plume comme la sélection, le nettoyage, le blanchiment et la teinture, les montages en fonction des plumes choisies et de la réalisation demandée.

Les plumes étant fragiles et les manipulations multiples, patience et minutie sont indispensables. Par ailleurs, un sens esthétique développé est incontournable dans cette activité faisant sans cesse appel à la créativité.

Un CAP fleuriste en fleurs artificielles et plumasserie est dispensé dans un unique établissement en France, à Paris (lycée Octave Feuillet 16e). C'est lors de la 2e année que vous choisirez de vous spécialiser dans les plumes ou l'art floral.

Les débouchés dans le domaine de la plume étant rares (maisons de haute couture et cabarets), il est conseillé d'élargir votre champ de compétence en préparant un diplôme en couture ou stylisme. »

Brodeuse / Brodeur
« La brodeuse réalise des motifs décoratifs à l'aide de fils sur un tissu préparé par le dessinateur en lien avec le styliste ou le créateur. Elle tend le tissu sur lequel elle exécute ou crée une broderie. Elle peut travailler sur un métier à broder.

Elle coud à la surface du tissu (toile, laine, coton, lin, soie, cuir, etc.) des éléments décoratifs plats ou en relief. Elle utilise des fils de lin, de coton, de soie, de laine ou même de métal, également des rubans, des perles, des paillettes.

S'il existe plusieurs façons de broder (à la main, au crochet, à la machine à broder notamment mécanique), dans le domaine de la haute couture et du prêt-à-porter de luxe, la brodeuse travaille exclusivement à la main.
Ce métier demande une grande dextérité, un goût pour des belles matières, la mode et les pièces uniques.

Pour devenir brodeuse, vous commencez après une classe de 3e par préparer un CAP arts de la broderie option main ou guidée main en 2 ans (au lycée pro Octave Feuillet, Paris 16e). Il est conseillé de poursuivre ensuite vos études par le BMA broderie (niveau bac).

Vous pouvez également préparer une FCIL Arts de la mode broderie, chapellerie, fleurs, plumes ou Ornements sur textiles option mode et spectacle. Après le BMA, vous avez la possibilité de préparer le DMA textile option broderie (niveau bac + 2).

Enfin il est possible de vous former au sein de la prestigieuse école de broderie d'art Lesage. »
C’est un métier à faire revivre…

Maroquinier / Maroquinière
« Le maroquinier reproduit ou crée des sacs à main, des porte-monnaie, des portefeuilles, des bracelets montres ou encore des ceintures à partir de cuirs, de tissus et de plastiques. Il travaille sur commande et, dans certains cas, vend lui-même ses articles au public.

A la fois technique et créatif, le maroquinier se consacre aux formes, aux matières et aux couleurs et crée de nouveaux modèles à chaque saison. Précis et rigoureux, il apporte une attention particulière au choix des matières et aux finitions. L'appréciation des peaux est essentielle dans la fabrication des objets en cuir. Il est important d'avoir le sens du toucher développé.

Couper, coudre ou coller demandent une bonne coordination des gestes. La moindre erreur de découpe ou d'assemblage peut être catastrophique, car le cuir coûte cher. Toutes les étapes de la production doivent être contrôlées, toutes les pièces vérifiées.

Le CAP maroquinerie, le CAP sellerie générale, le CAP sellier-harnacheur vous permettent d'accéder aux métiers du cuir. Chacune de ces formations dure 2 ans et est dispensée en lycée professionnel ou en centre de formation d'apprentis (CFA).

En 2 ans après le CAP ou en 3 ans après la 3e, il vous est également possible de préparer des bacs professionnels comme le bac pro métiers du cuir, option maroquinerie ou le bac pro métiers de la mode et du vêtement.

La formation peut être poursuivie jusqu'à un niveau bac + 2 avec le BTS métiers de la mode-chaussure et maroquinerie (ex BTS industries des matériaux souples, option productique ou option modélisme industriel).
Les entreprises artisanales fabriquent surtout des articles en cuir, de luxe. Le travail s'effectue prioritairement à la main. Il est possible - avec de l'expérience - de s'installer à son compte.

Les entreprises industrielles (70 % du chiffre d'affaires du secteur) produisent des articles en matériaux composites, comme les plastiques. Les machines remplacent le travail à la main.
Les grandes maisons recherchent des professionnels qualifiés, dotés d'un savoir-faire traditionnel. »
Avec la vogue des « It-bags », voilà un métier qui peut offrir des opportunités.

Le contrat de professionnalisation n'est pas destiné qu'aux juniors. C'est une bonne formule pour les adultes en reconversion, pensez-y…

Pour voir les fiches métiers détaillées de l'artisanat de mode, c’est ici

Retrouvez l'exploration des métiers du luxe, avec leurs fiches descriptives sur Scoop it

1 commentaire:

  1. L'industrie de la mode est un secteur qui a des retombées positives pour l'économie française. Par exemple, le chiffre d'affaires de l'industrie de la mode en France est de 34 milliards d'euros ou encore les exportations représentent environ 7 milliards d'euros. Et ces chiffres ne cessent de progresser. La mode et ses métiers sont effectivement porteurs d'avenir.

    RépondreSupprimer