dimanche 28 août 2016

L'homme augmenté




L’ingénu en Gaule : intelligence artificielle, transhumanisme et réalité augmentée


« Pour rien au monde je ne voudrais appartenir à un club qui m’accepterait pour membre. »
(Groucho Marx)


Le jour où un robot sera capable de produire ce genre d'ironie  paradoxale et qu'il saura en rire, il faudra commencer à s’inquiéter pour de bon.

Cela signifiera qu’outre la rationalité et la capacité à « computer », il peut se poser des questions existentielles et avoir le vertige devant l’inconnu, qu'il a un inconscient, de l’humour, de l’intuition, de l’empathie, des émotions et peut-être des passions, des failles aussi et en tous cas l’imagination d’un poète. 

Ce n’est pas pour demain…

Inutile de vouloir travailler à « augmenter » l’homme.
Mieux vaut travailler d’arrache-pied à l'humaniser.


lundi 15 août 2016

Silence, vacances




L’œil de la mouche : la vertu du vide



Un livre magnifique...
« L’objet que se donne la peinture chinoise est de créer un microcosme, « plus vrai que la Nature elle-même » : ceci ne s’obtient qu’en restituant les souffles vitaux qui animent l’Univers; aussi le peintre cherche-t-il à capter les lignes internes des choses et à fixer les relations qu’elles entretiennent entre elles, d’où l’importance du trait. Mais ces lignes de force ne peuvent s’incarner que sur un fond qui est le Vide. Il faut donc réaliser le Vide sur la toile, entre les éléments et dans le trait même. »

François Cheng, écrivain franco-chinois, poète, calligraphe, romancier et académicien.


...........................


C’est l’espace entre les mots et les lignes qui crée le sens de la phrase.

C’est le blanc dans l’image qui permet à la forme d'émerger.

C’est le silence entre les notes qui structure la mélodie.

C’est l'écoute de ce qui n’est pas dit qui crée la compréhension.

C’est la pause intérieure qui ouvre la parole vraie.

C’est l’espace de respect entre les personnes qui conditionne la liberté.


...........................