mardi 28 février 2017

Crises ou métamorphoses ?





L’œil de la mouche : douance, talent, hauts potentiels et monsieur ou madame Toulemonde

(Les astérisques renvoient à mes commentaires en fin de ce billet, initialement publié en octobre 2015)




Il est beaucoup question actuellement, de « hauts potentiels »*, de talents et de douance.  Kazimierz Dabrowski, peu connu en France, est l'auteur d'un modèle de développement de la personnalité qui mérite qu'on s'y arrête un moment, car il remet en question notre représentation de la « norme ».

Si la douance vous intéresse ou si vous vous sentez concerné, lisez, sur le Net, les articles qui existent à son sujet car ses livres ne sont pas faciles à trouver. Voici le résumé d’un article qui le présente (pour aller plus loin, voir le lien en fin de résumé).

.............................................................

Kazimierz Dabrowski (1902 - 1980),  était un psychologue, un psychiatre, un physicien, un écrivain et un poète polonais. Il a développé le concept de la Désintégration positive**, une approche nouvelle du développement de la personnalité. Ce concept de Désintégration positive pourrait permettre de mieux comprendre ceux qu’on appelle des « surdoués ».

Dabrowski a observé que la plupart des gens*** vivent leur vie dans un état « d'intégration primitive ou primaire », largement guidée par les pulsions biologiques (« premier facteur ») et/ou par une adhésion non critique et une conformité aux conventions sociales (« deuxième facteur »).

Il a appelé cette intégration initiale, niveau 1.
Il a observé qu'à ce niveau il n'y a pas de vraie expression individuelle autonome car elle est influencée et limitée par les deux premiers facteurs.

Le premier facteur dirige l'énergie et les capacités vers la réalisation de buts personnels qui reflètent les instincts du moi biologique, dont le but est la survie et les bénéfices personnels. Les capacités sont utilisées pour faire progresser les projets égocentriques aux dépens d'autrui.

Le deuxième facteur : l'environnement social (milieu) et la pression sociale contraignent l'expression individuelle en encourageant une vision commune de la vie et en décourageant les pensées originales. Le deuxième facteur est adapté conventionnellement aux valeurs et aux mœurs de son milieu, sans les remettre en question et sans réflexion critique. Les forces sociales façonnent les attentes. Le comportement, les talents et la créativité sont dirigés vers des formes qui suivent et supportent le milieu social existant.

Pour Dabrowski, notre société actuelle est largement influencée par ces deux facteurs et peut être caractérisée comme fonctionnant au niveau 1.


Il a également défini un groupe de personnes qui affichent une trajectoire différente : une voie de développement individualisée.**** 

Ces personnes s'éloignent d'une vision de la vie adaptée conventionnellement (ce que Dabrowski appelle ajustement négatif) et évoluent vers un « plus être », à travers une série de désintégrations personnelles. Dabrowski voit ces désintégrations comme un élément-clé dans le processus de développement global. Ces crises de croissance remettent en question la vision du monde et de soi-même et conduisent à réexaminer les concepts, les valeurs, les pensées, les idéaux...

Si le développement continue, la personne peut arriver à développer sa propre structure hiérarchique de valeurs, individualisée, consciente et évaluée de manière critique (appelée ajustement positif). Cette hiérarchie de valeurs agit comme un repère et les plus hautes valeurs dans la hiérarchie interne en viennent à diriger le comportement (qui n'est plus dicté par une adaptation inconditionnelle aux mœurs sociales, mais par une éthique). La boussole de ces valeurs caractérise une deuxième intégration vers une autonomie qui, pour Dabrowski, est la marque d’une personnalité en voie d’accomplissement.

Les talents personnels et la créativité sont mis, alors, au service des valeurs qui orientent les choix et l'action. La personne peut exprimer avec énergie une personnalité élargie et autonome à travers l'art, les changements sociaux, le sport, la philosophie...

.............................................................

Commentaires

* Haut potentiel 
Il ne faut pas confondre le « Haut Potentiel » - qui signifie souvent pour les recruteurs, brillant diplômé, à haut QI, très recherché - avec le « surdoué », qui inquiète, car s'il est brillant (et il ne l'est pas forcément), il est aussi le plus souvent atypique, autonome et dérangeant : il fonctionne autrement, plus ou moins « hors norme ».

L'idée que le fameux QI peut réussir à quantifier le surdon, au moins pour ce qui concerne l'intelligence, est contestable et contestée dans la mesure où l'intelligence est difficile à définir et à mesurer. Chaque individu est une alchimie unique de prédispositions et de tendances héritées, d'influences du milieu interne biologique et psychique, du milieu externe familial, scolaire, professionnel, de hasards et d'évènements contingents, de rencontres, de chance ou de malchance, de potentiel de développement, d'imprégnation culturelle... Pour les San d'Afrique occidentale, surdoués de l'observation de la nature, l'intellectuel occidental à QI élevé est probablement tout à fait stupide.

**Désintégration positive
 Plutôt que « désintégration », il vaudrait sans doute mieux utiliser le terme de « métamorphose » qui implique des crises de croissance, parfois très douloureuses, dans le processus de développement humain. De la dissolution de la chenille, naitra un papillon...

***Développement individualisé
Il est probable que le processus de développement, que décrit Dabrowski, soit commun à tous les êtres humains mais que l'histoire de vie, le mimétisme, l’éducation et les pressions sociales, puissent l’inhiber et l'inhibent très souvent.  Ces inhibitions ne sont pas définitives, elles sont heureusement réversibles, même si en l’état actuel des choses cette évolution est difficile car le poids des normes est énorme. J'ai pourtant vu des centaines d'exemples de cette évolution et de cette métamorphose.
 
****Individualisation ou individuation ?
L’individualisation et la socialisation (premier niveau de Dabrowski), sont des étapes du développement du Moi qui correspondent aux standards actuels de « normalité ».

L’étape suivante, potentielle et encore peu actualisée, car freinée par les normes éducatives, sociales, culturelles et économiques, est celle qu'il faudrait appeler non pas individualisation, mais « individuation » ou réalisation de Soi que Dabrowski décrit comme relevant d’un niveau II de développement.

La souffrance des personnes actuellement bloquées dans leur évolution, (blocage qui se traduit souvent par des somatisations, des burnouts, des dépressions ou des passages à l'acte), résulte du paradigme qui étalonne la représentation actuelle du développement humain, représentation héritée du XIXe siècle : développement fixiste et génétiquement programmé, soumis à une causalité linéaire non réversible et déterministe, psychométrie (que l'on doit à Galton, l'inventeur de l'eugénisme) et loi des grands nombres avec la tentation de catégoriser les individus par rapport à une norme moyenne.

Il serait temps de passer de cette représentation de l'homme en deux dimensions à une représentation systémique complexe, dynamique et évolutive de la personnalité. Aujourd'hui, pour approcher le concept de personnalité, l'hologramme devrait remplacer le daguerréotype...

.............................................................

La période de difficile mutation que nous traversons, collectivement et individuellement, est probablement une crise de « déconstruction positive » ou de métamorphose.

 Il est bien possible que l'humanité n'ait pas terminé sa croissance et que les surdoués, les personnalités atypiques  d'aujourd'hui, soient les précurseurs et le levain de l'humanité à venir...





lundi 20 février 2017

Décrypter les offres d'emploi




L’œil de la mouche : dits et non-dits


Si vous êtes en recherche d’emploi, vous avez sûrement lu, avant de vous lancer, des conseils éclairés sur l’art et la manière de « décrypter » des offres afin de postuler intelligemment, sans jeter des centaines de bouteilles à la mer, au petit bonheur la chance.

Ces conseils sont très pertinents et pleins de bon sens. Cependant, ils partent du principe que l’entreprise sait parfaitement ce qu’elle cherche et surtout, qu’elle énonce très clairement ce qu’elle veut.

Si c'était exact, nul n'aurait besoin de « décrypter ».

En effet, « décrypter » est un mot que la presse a mis à la mode, souvent utilisé à tort pour « analyser ». Or, pour le Larousse, il s'agit de « retrouver le sens clair d'un message chiffré en écriture secrète, sans connaître la clef ayant servi à le transcrire, ou encore, rendre intelligible un texte obscur, l'élucider. »

La crypte, (qui vient du latin crypta et du grec ancien kruptos, signifiant caché) était, à l'origine, une grotte sacrée taillée dans le roc pour cacher les tombeaux des premiers martyrs, grotte au dessus de laquelle les chrétiens ont élevé, plus tard, sanctuaires et chapelles.

Donc, décrypter une annonce d'emploi, c'est essayer de savoir s’il n’y a pas de tombe souterraine cachée sous la description de poste, squelette de martyr inclus...

Il arrive que ce soit le cas.


Quelques exemples

L'offre : « Vous êtes un professionnel confirmé, avec une expérience d’au moins dix ans dans le développement commercial de grands comptes et une bonne connaissance des acteurs de notre secteur d'activité. »
Décryptage : « Vous serez accueilli à bras ouverts si vous pouvez nous apporter un carnet d’adresses, un portefeuille de clients et un fichier de prospects qualifiés. »


L'offre : « Assistante de direction expérimentée, vous avez un sens aigu de l’organisation, vous êtes réactive et très diplomate. Votre tâche principale sera de gérer efficacement courriers, mails, dossiers et agendas. »
Décryptage : « Vous aurez à seconder quelqu'un qui génère un épouvantable bazar, qui égare ses dossiers et qui oublie ses rendez-vous. Imprévisible et susceptible, il change d’avis comme de chemise. »


L'offre : « Ce poste d’adjoint de direction demande de fortes capacités relationnelles, de la souplesse et le sens de la médiation. »
Décryptage : « Le directeur est caractériel et il a déjà usé trois adjoints. »


L'offre : « Identifié haut potentiel, créatif et innovant, vous savez vous adapter aux exigences structurelles et fonctionnelles de l'entreprise. »
Décryptage : « Nous recherchons un surdoué conformiste. »


L'offre : « Passionné par la communication, vous êtes polyvalent et persévérant. Autonome, très investi dans votre mission, vous avez le sens du service et celui des responsabilités. »
Décryptage : « Vous qui entrez ici, perdez tout espérance de vie privée. C’est un job exigeant (48 heures payées 35). »


L'offre : « Pour ce poste de chef d’équipe en milieu industriel, vous avez déjà démontré des qualités de leadership, une forte aptitude à l’encadrement et à la résolution de problèmes. »
Décryptage : « Restructuration et plans sociaux en vue. »



Développer son esprit critique, compétence essentielle...